Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 avril 2017

> La salle de presse: 13.04_

Capturer.JPG> A Pau, Macron se pose en candidat de "l’unité" mais dans une allusion à peine voilée à Jean-Luc Mélenchon, il ne veut  pas promettre "le grand soir". (lire)

> Mélenchon réplique aux attaques du «Figaro» et d'Emmanuel Macron mais pas de signe particulier adressé à un électorat socialiste qui hésiterait encore entre lui et Benoît Hamon. La seule fois où le candidat PS est cité, c’est, au même titre que Philippe Poutou, dans la catégorie de ceux qui viendraient éventuellement l’«aider» au second tour. (lire)

> Vague de popularité pour Philippe Poutou depuis ses coups d'éclat au débat télévisé début avril. Philippe Poutou ne rêve pas de l'Élysée, mais veut peser dans les débats. (lire)

> La CFDT ne partage "quasiment aucune" position avec Mélenchon et pointe le "risque d'une vision assez brutale des rapports humains, des rapports sociaux et des rapports politiques que porte parfois Jean-Luc Mélenchon". (lire)

aubry.jpg> Quinquennat raté: pour François Hollande, c'est la faute à... Martine Aubry. Le chef de l’État précise cependant,"Je ne crois pas qu'elle l'ait fait dans un mauvais esprit". (lire)



ps.jpg> Derrière Benoît Hamon, un PS en crise sociale et économique: moins de militants, moins d’élus, moins de cotisations... Or le parti, plus que jamais, a besoin de cet argent. (lire)


index.png> Alejandro Guillier bouscule le paysage politique chilien: "les socialistes ont choisi de régénérer le parti en phase d’essoufflement. C’est risqué, mais courageux". Des risques, il faudra nécessairement en prendre pour remotiver un électorat «complètement désorienté». (lire)


index.jpg> Secrets de sondages:
commander une enquête d’opinion… pour mettre au jour ses failles.C’est une première mondiale. Jamais une émission de télé n’a commandé un sondage pour démont(r)er les effets manipulateurs, voire trompeurs des études d’opinion. En usant de ce procédé, le magazine d’information démontre comment la formulation d’une question pèse sur le choix des sondés. Une mise au point salutaire à l’heure où la France a les yeux rivés sur la présidentielle. (lire)

Secrets de sondages, Envoyé spécial, jeudi 20h55 sur France 2

Écrire un commentaire