Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 avril 2017

> La salle de presse: 25.04_

fit.jpg> Deux cadavres à la renverse: la victoire qui semble promise à Emmanuel Macron oblige celui-ci. Car la politique a horreur du vide, et la mécanique impitoyable de l’élection présidentielle crée un nouveau clivage. (lire)

> La participation, clé du second tour Macron-Le Pen: contrairement au premier tour, l’écrasante majorité des électeurs disent déjà que leur choix est définitif. (lire)

> Avant Mélenchon, Jospin avait mis… 5 jours à appeler au vote contre Le Pen en 2002. (lire)

> Comment Mélenchon a basculé dans le "ni-ni" et s'essaie au service minimum. (lire)

ps.jpg> Au Parti socialiste, la guerre des gauches a commencé: en 2012 le Parti socialiste avait tout: communes de plus de 10.000 habitants, départements, régions, Assemblée nationale, Sénat... et bien sûr l'Élysée. Cinq ans plus tard, Benoît Hamon recueille un cataclysmique 6,36% des voix au premier tour de l'élection présidentielle. (lire)

>
«Nullissime»: le tract du PS appelant à voter Macron vivement critiqué: d’autres s’étonnent de voir le parti investir autant d’argent dans un tract pour Emmanuel Macron alors qu’aucune démarche similaire n’a été entreprise pour Benoît Hamon. (lire)

i-am-not-your-negro.png> I Am Not Your Negro
est un film empreint de colère mais aussi nimbé de sagesse, à la croisée de l'intime et de l'universel. La méditation d'un homme noir sur sa condition, qui, à force de lucidité, rejoint la cause de tous les opprimés. Raoul Peck, réalisateur haïtien au parcours rigoureux (Lumumba, Quelques jours en avril), l'a construit exclusivement à partir des mots de James Baldwin, écrivain noir et penseur majeur de la question raciale aux États-Unis. (lire)
Arte - mardi 25 avril - 20h50

Écrire un commentaire