Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 avril 2017

> La salle de presse: 06.04_

syria.jpg> Un sursaut diplomatique est-il possible? Vingt-deux ans plus tard, rien n’a changé. Mardi soir, l’attaque contre le village de Khan Cheikhoun n’a été évoquée que par un seul des 11 candidats réunis pour un débat télévisé : Benoît Hamon. Silence radio de François Fillon, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qui épargnent soit Bachar al-Assad, soit Vladimir Poutine. Session de rattrapage express mercredi pour Emmanuel Macron, pour qui Al-Assad devra «répondre de ses crimes devant des tribunaux internationaux». Le dictateur a dû être impressionné. (lire)

logo.jpg> Le PS prépare déjà l’après-présidentielle: les manœuvres commencent au Parti socialiste. Les « éléphants » préparent déjà l’après-présidentielle, reconnaissant pour beaucoup, en privé, que les chances de leur candidat, Benoît Hamon, d’être élu le 7 mai sont désormais largement compromises. Pas question, dès lors, d’attendre la défaite annoncée sans agir. Surtout si l’hypothèse d’une victoire d’Emmanuel Macron devait se vérifier, hautement dangereuse pour la survie, à terme, de la Rue de Solférino. (lire)

ps.JPG> Les sondeurs, tous pro-Macron? Pourquoi c’est inexact:
la rumeur est répandue sur les réseaux tant par les soutiens de Jean-Luc Mélenchon que par ceux de Marine Le Pen. Or, cette intox s’appuie sur des informations obsolètes, voire fausses. (lire)

> Les candidats et les intellos de gauche: face à «l’urgence démocratique», des universitaires, qui s’étaient éloignés du PS, s’investissent dans la campagne et voient leurs idées hissées au niveau national. Sans toujours parvenir à faire partager leur enthousiasme. (lire)

félicité.jpg> Félicité: remarquable auteur de fictions débarrassées de toute esbroufe exotique (L'Afrance, Aujourd'hui), Alain Gomis tourne avec le souci permanent de capter du réel africain ce qu'il a de plus concret mais, aussi, de plus lyrique et de plus profond. Félicité, son nouveau film, primé à Berlin et à Ouagadougou, se déploie à la façon d'une plongée au cœur de Kinshasa, ogre de 13 millions d'habitants qui ensorcelle autant qu'il fait peur. (lire)

Écrire un commentaire