Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2017

> La salle de presse: 23.01_

gauche.jpg> Qu'est-ce que la gauche? « Ce que vous faites pour nous, sans nous, est toujours contre nous»: cette phrase de Nelson Mandela, les classes populaires françaises peuvent la reprendre, à ceci près qu'elles peuvent se demander ce que la gauche a fait pour elles. (lire)


> La primaire, machine à perdre:
la faible mobilisation au premier tour de la primaire à gauche et la fracture du PS en deux camps irréconciliables font planer la menace d’un échec à la présidentielle. (lire)

3.jpg>
Primaire de la gauche: pourquoi Valls a du souci à se faire pour le second tour.
Compliquées. C'est bien le mot qui convient pour qualifier les chances de Manuel Valls de l'emporter au second tour de la primaire de la gauche. (lire)

> Quand Hollande disait de Hamon (lire) qu'il ne serait "pas grand-chose" s'il claquait la porte du PS: un propos assassin rapporté dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça". (lire)

ps.jpg> Cafouillage autour des chiffres de participation: la Haute Autorité des primaires citoyennes dans l’incapacité de donner le nombre précis de votants. Un doute subsiste sur le nombre de bureaux ouverts. (lire)

> Les derniers résultats de la primaire sont faux. (lire)

> La Belle Alliance Populaire va-t-elle rentrer dans ses frais? L'organisation des primaires coûte environ 3,5 millions d'euros à la Belle Alliance Populaire. Avec une participation à un euro, il lui faut atteindre au moins 1,75 million de votants en moyenne sur les deux tours. (lire)

ps2.jpg> Hamon devant Valls et le PS quelque part autour. (lire)




bachar.jpg>
Bachar, moi ou le chaos:
avec clarté, ce film déroule l'implacable chronologie de la dictature Assad et de ses relations avec l'Occident. Comme il l'a déjà fait sur Kadhafi, Antoine Vitkine s'appuie sur de riches archives et de solides témoins, nombreux et pertinents : diplomates français, américains, anciens proches d'Assad, désormais exilés. Le portrait qui se dégage, impitoyable pour le dictateur, l'est aussi pour les dirigeants occidentaux. (lire)

France 3 - Lundi 23 janvier - 22h35

Commentaires

"La gauche n'est pas une machine à perdre" !!!
Les Français pensent changer de vote aller vers la droite populiste
Si cela arrivait :
les classes moyennes et ouvrières seront mis à la marge par les extrêmes droites
Les problèmes seront plus graves sinon irréductible avant des années
les lobbies , les riches, les actionnaires veulent sauver leur actions
Voyez les Chaussures André , Naf Naf , plus de 1500 emplois de supprimés en France
Le chômage baisse ,soit disant, mais c'est un recul pour mieux sauter
On a rien fait pour rééduquer les classes ouvrières à des jobs allant vers le numériques total.
La robotisation sera implacable
Si la gauche doit se cantonne à la politique de devant les autres paris , c'est la chance de préserver encore pendant quelques années la sécurité sociale , nos retraite , nos écoles
C'est dur à écrire car l'exemple de TRUMP n'est pas la télé réalité
En cette Europe qui vacille plusieurs Pays sont déjà en État de grâce
Je souhaite que la gauche soit au rendez-vous du premier tour de la Présidentielle
Que les Hommes et les femmes (gauche) qui sont à se tirer dessus pensent d'abord au Peuple Français celui qui risque de tout perdre dans les années à venir
Si Hollande ne se représente pas c'est que sa politique était hors clous , mais surtout parce que il n'avait plus rien à proposer de mieux.

Écrit par : froute | 25 janvier 2017

Écrire un commentaire