Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 avril 2018

> La salle de presse_ 09.04_

1111967-000_uz668.jpgRéforme du rail, les négos s’enrayent: les tractations entre les syndicats et le gouvernement semblent dans l’impasse. L’exécutif pourrait être tenté de passer en force dès l’été grâce aux ordonnances et à sa majorité au Parlement. (lire)
Ferroviaire: l'Allemagne, un exemple en trompe-l’œil.
Réalisée il y a plus de vingt ans, l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire outre-Rhin a eu un coût social élevé. Les Allemands se plaignent volontiers des retards ou de la vétusté des infrastructures. (lire)

16486457.jpgNotre-Dame-des-Landes: "Macron a une conception autoritaire de l'exercice du pouvoir". Le gouvernement prétend agir au nom de l’Etat de droit. Pour l’écrivain Serge Quadruppani, qui publie un livre sur le mouvement zadiste, c’est un peu plus compliqué. (lire)


pernaut.jpg"Émission 100% télécommandée par l’Élysée": voici toute l'estime du porte-parole de Macron pour Jean-Pierre Pernaut. En 2018, voilà un Président... qui choisit d'être interviewé par le présentateur de TF1 sur ses réformes. Attention au retour de boomerang. (lire)


14566664.jpgDes primes à l'embauche pour une nouvelle version des emplois francs: sous François Hollande, les entreprises n’y avaient pas eu vraiment recours. Moins de 300 personnes avaient été embauchées par ce dispositif alors que l'exécutif tablait sur 10 000 recrutements en trois ans. (lire)

3806704093.jpgCongrès du PS: les débuts compliqués d’Olivier Faure. Après un discours pour les siens, plus que pour les Français, les socialistes rentrent chez eux. Contents de s’être retrouvés. Mais pas tous enthousiasmés par la première prestation de leur nouveau chef. (lire)



x240-LMB.jpgMiroir de l’histoire des États-Unis, l’expositon Black Dolls l’est à plus d’un titre. Elle rappelle ce que le développement économique du pays doit à la population noire esclavagisée, ce que l’éducation des enfants blancs doit aux femmes noires qui ne pouvaient, le plus souvent, élever leurs propres enfants, quand elles n’étaient pas tout simplement violées par les «maîtres» blancs. Deborah Neff, la collectionneuse, voulant se documenter sur l’histoire de ces pièces, s’est intéressée aux photographies prises à la même époque, vouées à orner des albums de famille. (lire)
Black Dolls, la collection Deborah Neff - Maison rouge, 75012 Paris. Jusqu’au 20 mai.

Écrire un commentaire